Gestion des habitats naturels

Les lagunes côtières, issues de l’abandon de marais salants, et la biodiversité qui leur est associée constituent un objectif de conservation prioritaire de la Réserve Naturelle des Marais de Séné, et à l’échelle européenne. Pour les préserver dans les marais endigués, il est impératif de mettre en œuvre des pratiques adaptées de gestion hydraulique. Celles-ci nécessitent la maîtrise des connexions entre les marais et la mer, ainsi que l’entretien des digues et ouvrages hydrauliques.

Mais, en raison de l’importance de la disparition de ces habitats au cours des siècles passés et de leur nature éphémère, les stratégies de conservation s’appuient aussi sur des création ou recréation de lagunes. Dans les Marais de Séné, de telles opérations ont été menées à plusieurs reprises.

Techniquement, elles consistent à restaurer l’étanchéité des digues et le fonctionnement des systèmes permettant l’entrée et la sortie d’eau de mer, qui sont essentiellement des buses munies de clapets. Ce travail permet de retrouver la capacité de maintenir et régler un niveau d’eau au sein d’un bassin qui, suite à la cessation de son entretien par l’activité salicole, avait vu ses digues dégradées par l’érosion naturelle. L’eau de mer n’y était plus maintenue en continu, et circulait au gré des marées : l’écosystème de lagune côtière était perdu, remplacé par un pré salé. Or, le milieu de pré salé, possédant lui aussi une forte valeur patrimoniale, est à ce titre protégé en France et en Europe.

Le rétablissement de lagunes, au détriment de prés salés, correspond donc à un choix stratégique de gestion opéré par la réserve naturelle, validé par son conseil scientifique et par les autorités de tutelle.

Il illustre le rôle et la responsabilité de l’action humaine dans la nature, dans ou hors des espaces protégés.

newsletter

Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité de la Réserve de Séné !

Voir nos précédentes newsletters