< Retour aux actualités

Les prés-salés, essentiels pour les poissons ?

La protection de l’environnement est souvent perçue comme un frein au développement des activités économiques. Pourtant, les espaces naturels protégés participent au maintien des productions humaines qui en dépendent. C’est le cas des prés-salés des marais de Séné. Ceux-ci jouent un rôle essentiel dans l’équilibre des chaînes alimentaires littorales et la croissance de certains poissons juvéniles. Ils contribuent par conséquent au renouvellement du stock de poissons de pêche.

Le pré-salé est un milieu de transition entre la vasière et le milieu terrestre, qui n’est recouvert par l’eau qu’à partir de certains coefficients de marée. Il est caractérisé par une végétation rase spécialisée capable de supporter le sel, la submersion et la dessiccation (déshydratation extrême). Le pré-salé est un écosystème d’une incroyable productivité, supérieure à celle des forêts équatoriales. L’obione (plante buissonnante aux feuilles gris-vert) par exemple, produit 25 à 30 tonnes de matière sèche par hectare et par an, contre 8 tonnes pour le maïs de grain et 12 tonnes pour le maïs fourrager ! La matière organique produite par les plantes du pré-salé est décomposée par des bactéries qui recyclent l’azote et le phosphore, permettant ainsi le développement d’un tapis de micro-algues brouté par une énorme quantité de petits détritivores. Ces derniers constituent à leur tour une nourriture abondante toute l’année pour les poissons marins, adultes et juvéniles. Au rythme des marées, ces prédateurs pénètrent dans le pré-salé par les étiers (canaux naturels) qui le parcourent. Ainsi, on estime que la capture de petits crustacés dans les chenaux du pré-salé à marée haute permet d’expliquer jusqu’à 90% de la croissance des bars la première année.

 

Afin de mieux comprendre ces fonctionnements, un protocole d’étude a été mis en place par Réserves Naturelles de France. Il est appliqué par plusieurs réserves naturelles incluant des prés-salés, telles que les réserves de Séné, de la baie de Saint-Brieuc, de la baie du Mont Saint-Michel ou encore de la baie d’Aiguillon. Il consiste à capturer à marée descendante, à l’aide de différents filets de pêche, poissons (larves, juvéniles, adultes) et crustacés. Lors de la relève des filets, les poissons sont identifiés, comptés, mesurés, puis remis à l’eau. Certains sont conservés, afin d’analyser en laboratoire le contenu de leur estomac. Quatre sessions de pêche sont réalisées au cours de l’année. A Séné, cette étude est menée par les équipes de la Réserve Naturelle Nationale des Marais de Séné et de la Réserve Nationale de Chasse du Golfe du Morbihan. Sur le long terme, elle permettra d’évaluer le rôle de nourricerie des prés-salés pour les poissons et de surveiller leur évolution dans les années à venir.

Les prés-salés assurent d’autres fonctions très importantes :
• Refuge d’espèces végétales et animales (oiseaux d’eau notamment) patrimoniales
• Lagunage naturel (épuration des eaux par l’activité bactérienne)
• Protection des côtes : amortissement de la force des vagues et maintien des sédiments
Pourtant, en moins de 50 ans, 65% des marais maritimes ont été détruits par endiguement ou remblaiement…

newsletter

Inscrivez-vous et recevez toute l'actualité de la Réserve de Séné !

Voir nos précédentes newsletters